lundi 16 mars 2015

Une page se tourne


Il y a parfois des décisions qui sont difficiles à prendre, mais après une longue réflexion, c'est décidé: il faut remplacer le pressoir, et quel pressoir !

Depuis la création de la maison Domi, le pressurage, étape charnière entre la vigne et le vin, était assuré par un pressoir traditionnel Laplanche de 1931. Autant dire qu'il en a vu des grappes, qu'il en a connu des histoires, des rires, et même des colères en cette période de stress. Il en a fait travailler dur des pressureurs, à commencer par le regretté Robert, qui fut chef pressureur durant une quarantaine de vendanges.

Seulement voilà, force est de constater que ce pressoir a pris de l'âge et qu'aujourd'hui les risques d'usure ou de cassures sont bien là. Non seulement il peut nous abandonner en pleine vendange ( eh oui, la panne arrive toujours lorsque l'on s'en sert !) mais le vieux Laplanche pourrait également représenter un risque pour les pressureurs, alors, la raison l'emporte sur la passion.

Mais rassurez vous, pas de grande révolution industrielle en vue, nous restons convaincus que la tradition a du bon et souhaitons conserver cette façon de travailler.
Pourquoi ? avant tout pour le respect de la vendange (faible hauteur de chargement des raisins), pour la qualité des jus (qui reste encore aujourd'hui une référence en Champagne), mais aussi pour la fascination et l'engouement que dégage un pressoir traditionnel lors des visites.

Notre choix ne fait pas l'ombre d'un doute :
le pressoir de demain sera le pressoir qui fera la différence dans le futur !

Rendez-vous à la prochaine vendange pour la découverte du nouveau pressoir...

En attendant, place aux experts pour la dépose du vieux Laplanche :

avant la dépose


écrous grippés

dépose de la colonne (1900 Kgs)



dépose du mouton (1200 kgs)


encore deux colonnes à couper
Voilà, la place est libre

suite dans quelques mois...
 

0 commentaires:

Publier un commentaire